La fin pour les gauchistes du Centre de prévention de la radicalisation

Nous avons récemment appris que le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence ne pouvait plus payer ses employés, faute de financement. Décryptage de cette supercherie qui doit rendre des comptes à la population québécoise.

Erratum : Veuillez noter que le chercheur-militant barbu se nomme bien Benjamin Ducol et non Benoît Ducol.

RÉFÉRENCES

Également

Tuerie en Nouvelle-Zélande : Réflexions nationalistes

La tuerie de Nouvelle-Zélande annonce une radicalisation des tensions en Occident autour du « vivre-ensemble …

Un commentaire

  1. Marc Labelle

    Vous avez raison : il ne faut pas laisser cette gangrène islamiste impunie, sinon elle se propagera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *